Nébulosité croissante en fin de journée – J. Côté -2000

Extrait:

« H n’avait pas répondu aux attaques, se contentant de ruminer un désir de vengeance. Le soleil cuisait son visage et il semblait dans un autre monde. Il jeta un coup d’œil discret vers les mécaniciens qui se moquaient de lui en fumant une cigarette. L’un d’eux, Bissonnette, riait toujours plus fort que les autres de ses malheurs.
Le patron répéta son injonction malgré la peur qui le tenaillait:
– T’as pas compris ? Scrame ! T’es renvoyé. Va-t’en…Débarrasse…Tu viendras chercher ton bazou et ta paye mercredi.
Puis Bissonnette poussa l’insulte un peu trop loin en susurrant la lettre Hhhhhhhhhhh, faisant allusion à la drogue qu’affectionnait l’ex-détenu. Seuls ses copains en taule pouvaient l’interpeller par ce surnom. »

4ème de couverture:

Juin 1976…Alors qu’une terrible canicule s’abat sur tout le Québec, les jeux Olympiques de Montréal se profilent à l’horizon. Mais à Sainte-Foy, en banlieue de la Vieille Capitale, H se soucie peu de la chaleur et des jeux. À peine sorti de prison, il perd le nouvel emploi qui était censé consacrer sa réinsertion sociale. Des gens devront payer pour ce nouvel échec !

Daniel Duval, lui, est enquêteur à la Sûreté du Québec. À son retour d’un marathon, il fait face à un cas difficile : un psychopathe s’amuse à canarder des automobilistes sur le boulevard Duplessis. En compagnie de son coéquipier, Louis Harel, il tente désespérément de mettre la main au collet du tireur fou afin d’éviter d’autres meurtres gratuits.

Or, les deux policiers ne connaissent pas la passion morbide de H pour la démolition automobile…ni sa ferme intention de se payer la peau d’un flic !

Ce que j’en pense…

Premier volet de la saga policière de Daniel Duval.

Un livre différent de par son petit côté « vintage », sans technologie, sans trucs méga scientifique qui font que…
Une simple enquête de terrain qui nous plonge dans les seventies et c’est plutôt cool !

L’atmosphère est toute particulière, faite de l’enquête de police, de courses-poursuite infernales de bolides en tout genre mais aussi de ce que pense et ressent H, le tireur fou. Un looser qui, au final, a peut-être ses raisons.

La trame de l’histoire est excellente et super originale !

Les personnages ne sont pas des super-héros mais des Monsieur et Madame tout le monde avec leurs problèmes, leur passé. Qui vivent avec et fond avec. Une histoire au fond très réelle. Une histoire de vengeance mais aussi une histoire d’amitiés.

Dès le départ on connait le tueur. Il n’y a donc pas de notion de suspens en tant que tel et pourtant, un peu comme « Columbo » on s’amuse à voir le déroulement, le pourquoi du comment. On se penche sur la psychologie des personnages plutôt que sur l’enquête en elle-même et on se demande évidement comment diable cela va finir…mais de ça, je ne vous dirai rien !

L’écriture est géniale, le style vif et percutant.  Je me suis délectée du jargon québécois mais ça c’est mon truc à moi !
Quelques petit bémols: beaucoup de longueurs et ce côté « bolide » un poil trop présent. J’ai, pour ma part, apprécié mais ce monde ne plait pas forcément à tout le monde. C’est, au final, un livre très mec et on voit clairement que Jacques est un fan de chars  🏎 🚗 🏎.
Ce livre est aussi rempli d’humour et on le reconnait bien, là, aussi 🙂

Une fin qui laisse des questions ouvertes, qui doivent sans doute trouver leurs réponses dans le deuxième volet « le rouge idéal » que je ne manquerai pas d’attaquer tout bientôt !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s