La prunelle de ses yeux – I. Desjours – 2016

Extrait:

Je connais ces histoires par cœur et elles m’ont assez complexé quand j’étais enfant. Mon père est un ogre qui a dévoré ma confiance en moi, un boulimique de pouvoir, de connaissance, à qui rien ni personne ne résiste, un surdoué au charme dévastateur et à l’autorité incontestable. Comment aurais-je pu me construire autrement qu’en opposition à ce soleil brûlant ? Comment aurais- je pu devenir autre chose qu’une créature de l’ombre, teigneuse et affamée, attendant son heure pour ravager sur son passage toute la vermine que le jour a laissée proliférer ?

4ème de couverture:

Il est aveugle. Elle est ses yeux. Elle pense le guider vers la lumière. Il va l’entraîner dans ses ténèbres.

Gabriel a tout perdu en une nuit. Son fils de dix-sept ans, sauvagement assassiné. Ses yeux. Sa vie… Les années ont passé et l’aveugle n’a pas renoncé à recouvrer la vue. Encore moins à faire la lumière sur la mort de son enfant.

Quand un nouvel élément le met enfin sur la piste du meurtrier, c’est une évidence : il fera justice lui-même. Mais pour entreprendre ce long et éprouvant voyage, Gabriel a besoin de trouver un guide. Il recrute alors Maya, une jeune femme solitaire et mélancolique, sans lui avouer ses véritables intentions…

La cécité de conversion est une pathologie aussi méconnue qu’effrayante : suite à un profond traumatisme psychologique, vous êtes aveugle. C’est ce qui est arrivé au personnage principal de ce roman.

Ce que j’en pense…

Une fois encore Ingrid Desjours nous offre un récit tout en psychologie, tout en questionnement, tout en réflexion, tout en émotion. De ces histoires qui ont quelque chose derrière. Quelque chose qui te laisse un goût plutôt amer d’ailleurs.

La cécité de conversion fonctionne là comme une métaphore qui nous emmène dans une réflexion profonde et pose un regard sur une société pas bien belle et pourtant si réelle faite de pouvoir, d’apparence, de manipulation, de rejet, d’intolérance, de possession, de vengeance…
De ce dont l’humain peut être capable pour sa propre réussite en dépit de tout.
Mais aussi un doux regard sur le deuil, la douleur, la peine, l’amour…l’amour d’un père et la considération.
La psychologie et les sujets scientifiques abordés sont fascinants et creusés scientifiquement et en profondeur. La cécité de conversion, l’expérience de Stanley Milgram, l’expérience d’Overmier et Seligman. L’idée est absolument géniale et plus qu’habilement menée.

Une histoire terrifiante non pas de sang et de cadavres. Terrifiante de mots, de violence…
Une histoire de domination pure et dure…

Un livre qui a ce quelque chose de troublant et de bouleversant et qui nous donne quelques belles leçons de vie.
Des personnages fracassés et cabossés à souhait, touchants et attachants. Gabriel et Maya font vraiment une sacrée paire !

Les descriptifs de la vision de Gabriel, aveugle, sont saisissants. On y perçoit tous les sens. Les bruits, les odeurs. Le ressenti est puissant. Ingrid aurait-elle passé des semaines un bandeau sur les yeux pour être capable d’écrire cela de la sorte ?

On comprend vite ce qu’il a pu se passer. La fin est un peu cousue de fil blanc mais cela n’a aucune importance puisque la vérité est ailleurs 😜

« Nul ne peut atteindre l’aube sans passer par le chemin de la nuit »

J’ai beaucoup pensé au film « I comme Icare » d’Henri Verneuil. Je n’étais pas bien vieille lorsqu’il est sorti mais ce film et l’expérience Milgram m’avait totalement fascinée et les images sont restées encrées …depuis le temps, c’est pas peu dire !!!

Vous l’aurez donc compris, que ce soit en lettre ou en braille, ce livre EST à lire sans aucune excuse 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s