Droit dans le mur – N. Gardel -2016

Extrait:

« La répétition du geste. Avant, arrière, avant et ainsi de suite. Je n’ai jamais compris les gens qui prennent leur pied à s’échiner sur un outil. Il faut dire que je suis né avec deux mains gauches, et que des pouces en plus ! Aucune performance manuelle, c’est le moins qu’on puisse dire. Et puis, je n’ai pas le goût pour ça. Pas besoin de chercher bien loin la corrélation entre les deux. je me débrouille comme un manche alors le bricolage me laisse froid. Dans l’absolu, le projet sonnait juste. Un volet qui claque, un carreau qui pète, un petit tas d’outils qui prend la rouille das l’atelier et une bonne dose d’inconscience.
Voilà le cocktail.
Inconscience et présomption.
Parce que le plan est toujours mieux foutu dans la théorie que dans la pratique. Alors, bien sûr, c’est facile de démonter le panneau de bois, même si les charnières bloquent vu leur âge. Comme c’est facile d’aller chercher un carreau pour changer celui qui a lâché. Même enlever le rectangle ébréché, c’est facile ! C’est après que ça se complique. Parce qu’avec les chapelets de saucisse-apéro qui me servent de doigts, la suite devient un pensum. D’abord, il y a ces maudits petits clous qui doivent tenir le verre. Tu t’échines à les chopper entre tes grosses phalanges boudinées, ils ne tiennent pas en place, ils tombent et tu sens monter doucement une bonne vibration d’énervement le long de ta colonne. Quand finalement, tu arrives à positionner la dernière pointe, forcément, elle se plante de travers, elle frotte contre le verre et un joli éclat part tout d’un coup en étoile. Comme tu es chez toi, tu t’autorises un ou deux écarts de langage. Tu as le choix entre les références à la prostitution ou les scansions excrémentielles. Tu es dans un bon jour. alors tu fais un mélange des deux. Tu vides ton sac, tu innoves, tu varies, tu alternes et puis finalement  tu reprends ta voiture pour aller acheter une autre vitre. »

4ème de couverture:

Ancien vigile, Michel Marchandeau a cru au rêve campagnard : il s’est installé dans une maison des contreforts vosgiens. Mais le voisinage peut vous pourrir la vie bien plus vite qu’on ne le croit.
Entre une congrégation d’illuminés aux prétentions territoriales envahissantes et un anglais chercheur de trésor, le retraité va devoir jouer des poings. Rapidement les cadavres commencent à s’entasser et cette histoire pourrait bien finir droit dans le mur…

Ce qu’Isabelle en pense…

Après avoir gagné le livre à la couverture peu avenante (un poulet sur un volet non mais 😂 dont la signification prendra tout son sens après lecture) me suis attardée sur le cas de Nick Gardel…et bien comment dire…que ma logorrhée ne sera pas assez riche en adjectifs ou en qualificatifs pour décrire ce petit bijou…
Ici une intrigue rurale à la limite d’un fait divers …quelques cadavres certes, il faut bien faire prendre la sauce tout de même, mais on est loin des traditionnelles descriptions riches en hémoglobine, loin des situations rocambolesques, invraisemblables, loin des super- flics tous alcoolos, loin des super- héros, loin des protagonistes à la psychologie compliquée , loin des grandes villes …on se retrouve dans un petit village Vosgien avec des autochtones tous plus chiants les uns avec les autres, quelques vieux de la ville ayant émigrés à la retraite et une secte d’illuminés qui pensent qu’à baisouiller entre eux … soit une soupe de protagonistes avec des cadavres … la chute finale sera somme toute bien tapée !

Mais la part belle du livre de Nick est sans conteste sa plume ! Riche, pointue, aboutie mais surtout désopilante. Pas une page qui ne vous arrache un sourire ou un rire. Tout est humour… même la première de couverture … Nick est un amoureux des mots.. Nick s’amuse, se lâche dans son roman. Son plaisir d’écriture transpire incontestablement dans son bavardage ! Je dis avec une lettre majuscule Bravo bravo monsieur Gardel !

( Et je confirme les différentes étapes de la restauration d’un volet pour l’avoir pratiquée moi -même mais en des circonstances bien moins, heureusement ou pas, mouvementées 😜)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s