Lux – M. Mayeras – 2016

Extrait:

« Et puis il les tuera tous les deux. Il ne se posera pas la moindre question. Il laissera peut-être le vieil homme épauler son deux-coups, lui concédera l’espoir furtif de s’en sortir, puis il retournera l’arme contre le couple, apprivoisera la sueur sur la gâchette glissante. Il les regardera supplier, écoutera leurs plaintes et leurs cris, sentira leur peur couler sur lui. Il ne sourira pas et fera feu. Il tirera à travers les peaux durcies. Une fois dans chaque corps. Le front, le cœur, le ventre, il ne sait pas encore. Deux cadavres, c’est tout ce qui restera. Il les emportera loin d’ici, au fond de ce terrain en friche, ce champ recouvert chaque jour de l’année par des tonnes de feuilles sèches, tremblantes sous la brise légère ou collant à vos semelles. Au fond de ce terrain, il y a un trou, un trou dans lequel il pourra entreposer les deux cadavres. Il cachera leurs chairs et leur puanteur à l’abri des regards. Il attendra patiemment que les corps pourrissent et, quand il ne restera plus que des os cassants, il y mettra le feu. Un beau et grand brasier pétaradant au milieu des branches. Antoine contemplera les flammes jusqu’à ce que ses yeux ne soient plus que deux fentes noires, humides et douloureuses. Il respirera l’odeur des chairs cuites jusqu’à ce qu’elle fasse un peu partie de lui. Alors il se sentira mieux. Accompli, entier. »

4ème de couverture:

C’est l’histoire d’un retour, d’une sentence et d’une vague qui monte à l’horizon. 2016. Antoine Harelde débarque à Ceduna, dans les terres arides du sud de l’Australie. Vingt ans auparavant, il a passé un été dans cette petite ville perdue et, en l’espace de trois mois qui l’ont vu quitter l’adolescence, il a connu la joie, l’amitié, l’amour et l’horreur. Aujourd’hui il est un homme. Il n’a pas oublié, il n’a rien pardonné. Mais la justice prend d’étranges et inquiétantes couleurs à la lumière de l’apocalypse.

Ce que j’en pense….

La première chose qui me vienne à l’esprit, là, maintenant est: Comment diable chroniquer un tel livre ? 🤔

Totalement inclassable. Ni un polar, ni un thriller. Un véritable OVNI littéraire ! Rien à voir avec Reflex ou Hématome.

Un truc qui remue tout au fond, juste pile là où ça fait mal, un truc qui pue la douleur, qui vomit l’amour, qui suinte la vengeance, qui regorge d’amitié, qui se remplit d’innocence, qui respire la cruauté, qui pue la mort…
Une histoire d’enfants devenus adultes, une histoire d’amitié forte, une histoire d’amour, Une histoire de vie et de mort, une histoire qui tourne mal…

Un voyage dans un délire qui m’a fait penser très très fort à « Big Fish » de Tim Burton. Un de mes films culte, ben oui Burton, je suis une adepte et ce film là était un vrai chef d’oeuvre. Le même genre de sensation, la même impression de toucher du bout du doigt quelque chose sans trop savoir quoi. Comprendre qu’il y a une morale à tout ça mais que tu ne peux pas l’expliquer, que cela ne se raconte pas, que cela ne s’explique pas. Que toutes ces sensations, toutes ses émotions, c’est à toi d’en faire quelque chose, qu’elles sont désormais au fond, tout au fond…

Maud n’écrit pas avec des mots mais avec des odeurs, des images, des émotions. Elle les balance avec cette manière tout à elle qui, moi, me laisse sans voix. Tu les prends comme une caresse, comme un gifle, tu les prends, tu les évites…ou pas !
Une chose est sûre, y a personne sur cette terre qui écrit comme elle 😍

Des phrases, des chapitres qui s’enchainent et se déchainent pour en devenir une mélodie, perturbante, forte, intense, presque entêtante comme celle de Cambodia qui résonne dans la tête de Hunter.

Un train dans lequel on s’embarque et dans lequel il n’y pas d’arrêt, si ce n’est le terminus.

« Il a bu la tasse, bu la mort des autres » Et bien moi, la tasse je l’ai bue…j’en suis revenue mais non sans mal et il m’a fallu du temps pour reprendre mon souffle…Vraiment…
La vague du tsunami, tu la prends en pleine pomme, en pleine poire et c’est ton coeur qui chavire ❤️

Lux, ça ne s’explique pas, ça ne se chronique pas, ça se lit….intensément ….

Publicités

One thought on “Lux – M. Mayeras – 2016

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s