Le passager – P. Senécal – 1995

Extrait:

« – Dire à un enfant que quelque chose est mal, c’est le meilleur moyen pour éveiller sa curiosité. – Tout le monde le sait ça fais-je remarquer. – Oui mais tout le monde le fait pareil. Pis si l’enfant décide d’essayer quelque chose d’interdit pour justement voir ce qu’il y a de mal là-d’dans… Il renifle, sort son mouchoir. – … C’est là qu’il peut devenir cruel. Il se mouche. Pas con, son idée. Alex n’est peut-être pas un intellectuel, mais il réfléchit, même si sa théorie est une généralité…disons…plus intuitive que scientifique. – Mais la plupart des enfants, ne se rendent pas très loin dans la cruauté, que je me sens obligé de préciser. Leurs petites expériences s’arrêtent au stade du démembrement d’une mouche, ce qui n’est pas vraiment alarmant. – Oui, c’est vrai pour la plupart des enfants. Mais c’est pas eux qui décident d’arrêter. C’est le monde autour, les adultes, la société qui finit par prendre ces enfants là en main, en leur disant qu’il fat arrêter ces petits jeux cruels et devenir responsable. Pis les enfants, en interrompant leur exploration du mal, deviennent peu à peu des adultes sages et conformistes. Alors là, il y va fort ! J’ouvre même la bouche pour le lui dire, mais il continue sur sa lancée: – C’est pour ça qu’on pense que les enfants sont purs. Parce qu’ils ont pas le temps de se rendre loin dans leurs jeux cruels. Pis ces histoires d’horreur que t’aimes tant, ça parle d’enfants qui, eux, se rendent plus loin que les autres. Je lui demande s’il est sérieux, s’il pense vraiment tout ce qu’il vient de dire. Il m’assure que oui. – Pis je vais même te dire quelque chose d’autre… J’entends le cuir de la banquette craquer, comme si mon interlocuteur changeait de position, et lorsqu’il se remet à parler, sa voix me semble plus proche. – Je pense que les psychopathes, les maniaques, les tueurs en série, ce sont des adultes qui retrouvent leur curiosité d’enfance. Maintenant qu’ils ont plus de parents pour les en empêcher, ils reprennent leurs petits jeux là où ils les avaient laissés…pis ils vont plus loin. Je voudrais éclater de rire tant cette idée me paraît extravagante, mais aucun son ne sort de ma bouche. Alex ajoute: – Les enfants dans les histoires d’horreur fascinent les gens parce qu’ils nous rappellent ce qu’on a déjà été…Ou, plutôt, ce qu’on aurait pu être… »

4ème de couverture:

Étienne Séguin n’a pas trente ans. Originaire de Drummondville, demeurant depuis quelques années à Montréal, il vient d’accepter un poste de professeur de littérature au cégep de sa ville natale. Qu’à cela ne tienne, il fera l’aller-retour par l’autoroute 20 ; le trajet ne prend pas plus d’une heure, cela lui permettra d’écouter la radio et, surtout, d’oublier sa récente séparation ! Peu de temps après, Étienne remarque un autostoppeur, toujours posté au même endroit au moment où il passe. Pourquoi ne pas le faire monter afin de rompre la monotonie de la route ? Dès la première rencontre, le jeune homme comprend que son passager l’a connu dans son enfance. Mais voilà : Étienne souffre d’amnésie et n’a aucun souvenir de ses jeunes années. C’est alors que les questions surgissent dans son esprit : qui donc est ce passager qu’il a pris l’habitude d’embarquer ? Et qu’ont-ils fait ensemble, dans leur jeunesse ?

Ce que j’en pense….

Une fois encore, Senécal nous emporte dans un truc de ouf… Une fois encore, une histoire simple qui se transforme, qui grandit, qui se nourrit et qui bascule dans l’horreur… Une fois encore une histoire qui perturbe, qui fait réfléchir, qui sous ses airs de rien nous pousse à regarder là tout au fond de nous. Là où nous n’avons d’ailleurs pas vraiment envie de regarder. Là où ça pourrait faire mal…ou peur…

Un livre qui touche une part de nous tous. Celle de l’enfance, des découvertes…

Comment fait-il donc pour, à chaque fois, nous pousser dans de tels retranchements ? Créer de tels malaises ? Nous donner autant le vertige ? Est-il humain ? Je l’ai vraiment vu en chair et en os et pourtant je m’interroge…

Et si c’était vrai ?

Non… je ne vous dirai pas ce que j’ai fait enfant…pis toute façon j’étais sage comme une image 😇

Qui est prêt à rentrer dans le jeu ? Sachez tout de même qu’une fois dedans, vous n’en ressortirez pas indemne…ou voir pas du tout 😱

Pis pour ma part, une chose est sûre…désolée les ptits gars et les petites gonzesses qui font du pouce au bord de la route mais jamais plus…O grand jamais plus …je ne m’arrêterai pour vous !!! Non mais ça va ou bien ? Je suis une disciple de Senécal mais suis pas folle …enfin quoi que 😜

le-passager-couleuvre

Publicités

One thought on “Le passager – P. Senécal – 1995

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s