Le temps est assassin – M. Bussi – 2016

Extrait:

« Dans mon rêve du futur, Natale est là aussi. Dans la piscine, il y a des enfants, peut-être que ce sont les miens, mes enfants ou mes petits-enfants, je n’en suis pas sûre. Tout ce que je sais, c’est que je suis heureuse, qu’il ne manque personne autour de moi, que tout le monde est là, comme si en cinquante ans rien n’avait changé, comme si personne n’était mort, comme si au bout du compte, le temps qui passe, peut-être qu’il est innocent, peut-être qu’on se trompe en l’accusant, en le traitant d’assassin… »

Synopsis:

Clotilde Idrissi, 15 ans est la petite fille d’Arcanu Idrissi. Un corse, un vrai. Propriétaire des 80 hectares où se trouve le camping des Euproctes.

Clotilde, son frère Nicolas et ses parents Paul et Palma, roulent en direction de Prezzuna à bord de la Fuego et c’est l’accident. Son frère et ses parents décèdent mais Clotilde s’en sort indemne.

27 ans plus tard, Clotilde revient sur les lieux pour la première fois depuis l’accident avec son mari et sa fille Valentine de 15 ans. D’étranges sensations la submergent, des flux de souvenirs, des questions. D’autant plus qu’un courrier lui étant adressé l’attend dans le bungalow qu’elle a toujours occupé avec ses parents 27 ans plus tôt. Une lettre. Très personnelle. Qui semble écrite par…sa mère…Comment est-ce possible ? Que s’est-il donc vraiment passé ce 23 août 1989 ?

D’autant plus que quelqu’un s’inquiète du retour de Clotilde sur l’île de beauté, de ce qu’elle pourrait déterrer, jusqu’à quelle profondeur elle voudrait s’engager dans les galeries pourries des secrets de la famille Idrissi….

Ce que j’en pense…

Un magnifique voyage à travers la Corse, sa culture, ses habitudes. C’est génial !

Des scènes de vie, de famille et de couples édifiantes. Un regard piquant voir acerbe sur la parfaite petite famille, le rêve, l’idéalisation face à la réalité. C’est saisissant !

Un style superbe. Des chapitres courts. Une intrigue rondement bien menée où l’on navigue de rebondissements en rebondissements Jusqu’à un final bluffant.

Un peu long sur certains passages, très soft…Un peu trop pour moi c’est sûr mais bon de temps en temps ça fait aussi du bien de ne pas baigner dans le sang !! Un livre clairement tout public.

Mais ce qui m’a le plus percutée au final dans ce livre, c’est le temps et cette relation que nous pouvons avoir avec cet élément que nous ne gérons pas.

D’abord cet incroyable voyage dans les années 80 et tout ce qui va avec. Que ce soit côté musique ou film. De « l’année des méduses » à « Boys Boys » en passant par The Cure et tout le répertoire de ces années-là. En grande fan de Tim Burton, j’ai forcément adoré le personnage de Clotilde ado en Lydia Deetz. Allez je vous le dis…ça me rappelle vaguement quelqu’un…

Mais surtout, Michel Bussi a brillamment réussi à faire du temps un personnage à l’affut, prêt à bondir pour faire ses ravages. Il est là, il attend, il pulse, il vit et ça c’est fortiche.

Le premier thriller que je lis ou au final le vrai psychopathe est …Le temps…

Bref, vous avez capté ? Pas besoin de vous le dire…allez-y c’est du bon !!!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s