220 Volts – J. Incardona – 2011

Extrait:

« Mon principal moteur dans l’existence, celui d’écrire des histoires, est devenu l’instrument d’une lente torture. Parce que le curseur clignotant sur mon écran dans l’attente que je lui donne une phrase en guise d’impulsion est un ressort cassé. Parce que cette phrase et ses copines censées suivre le mouvement afin de combler le vide sont à l’origine d’un univers matériel terriblement concret, celui d’un niveau de vie plus que confortable avec un tas de crédit à la clé. Un premier cercle lui-même inclus dans la reconnaissance sociale, celle d’un statut d’écrivain obtenu par le travail et la constance. Et par-dessus tout, la nécessité de me réaliser en tant qu’homme, de me sentir vivant et non pas inutile à moi-même. Eviter à tout prix le désœuvrement, cause première du passage à vide de notre couple en ce moment. »

Synopsis:

Ramon Hill, 37 ans, écrivain devenu très célèbre avec ses deux premiers livres, peine à écrire le troisième. Son éditeur, Francis, le presse pour qu’il aboutisse. Tout le monde compte sur lui et bien entendu sur les bénéfices qui s’en découleront… Y compris sa femme, Margot, qui s’est bien adaptée à leur nouveau train de vie et qui n’est clairement pas prête à lâcher le morceau.

A se demander en fait si elle s’inquiète plus de son mari lui-même ou du fait qu’il n’arrive plus à écrire, mais une chose est sûre: Leur couple bat clairement de l’aile.

Quoi qu’il en soit, cette dernière convint son mari de partir quelques jours dans la maison de vacances de son père afin de se retrouver tous les deux en tête à tête sans les enfants, se ressourcer et peut-être trouver l’inspiration.

Ils s’installent et jouent tant bien que mal une pseudo parodie du couple parfait. Mais voilà que Ramon essaye de réparer la lampe de son bureau et s’électrocute.

Tout va alors basculer…

Ce que j’en pense…

Bon… d’abord c’est un ptit Suisse, comme moi, C’est déjà important vu les difficultés qu’ils ont à se positionner sur la scène francophone internationale. Un auteur d’à côté de chez moi, j’aime !

Un livre qui cause du couple et de tout ce qui peut s’y cacher. Un livre qui a quelque chose de terrorisant de par ses événements et de cette légèreté avec laquelle ils sont retranscris. Comme si ce qui s’y passe était tout à fait normal, comme s’il s’agissait là d’un quotidien banal…

Un livre où, au final, on ne sait plus très bien qui est vraiment le méchant et qui est vraiment le gentil. Un livre ou les sentiments s’en mêlent et s’emmêlent…

On vit la contrainte de l’auteur et des pressions qui en découlent.

Une écriture envoutante qui nous transporte très vite, caustique, piquante et très graphique. Une bonne trame, une once d’érotisme, un petit côté trash, du noir, très noir sans un seul morceau de sucre, immoral, acide, amer… Une palette de goûts !

Un personnage principal qu’on aime et que l’on hait sans trop savoir de quel côté la balance penche le plus. Un être abject qui au final n’a pas tout tort puisque quelque part l’amour a ses raisons que la raison ignore…

A lire sans modération !

Publicités

One thought on “220 Volts – J. Incardona – 2011

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s