La noirceur – F. Levésque – 2015

Extrait:

« En se fracassant sur le sol dur, la perceuse électrique toujours branchée émit quelques flammèches. Du coin de l’œil, Louis eut le temps de voir venir sa fin. En effet, le lait atteignit la zone où atterrit la perceuse au moment même où celle-ci touchait le sol. Pendant une fraction de seconde, Louis, les deux pieds au milieu de la mare lactée, une main tenant un linge, l’autre agrippant le rebord métallique de l’établi, eut l’impression que la douleur avait abandonné ses mains, son dos, son corps. Puis la décharge électrique se déploya, de ses pieds à sa main encore en contact avec l’établi. Si quelqu’un était entré dans le garage à cet instant, il n’aurait sans doute pas réalisé sur le coup que Louis était en train de périr électrocuté. Debout, presque immobile, la charpente costaude du sexagénaire prématurément affaibli était parcourue de tremblements presque imperceptibles. Non, personne ne vit Louis Kaminski trépasser. Il serait toutefois inexact d’affirmer que sa mort n’eut aucun témoin. »

Synopsis:

Divorcé depuis peu, Guillaume Kaminski se retrouve seul avec sa fille de quinze ans, Daphnée. Jacynthe son ex-femme est partie à Bali pour se « ressourcer » en profitant de l’argent qu’elle lui a soutiré et laisse sa fille sans nouvelles. Guillaume a perdu beaucoup d’argent dans cette affaire et n’a d’autre choix que de vendre la maison et de se rabattre sur la maison de son père Louis récemment décédé et qu’il a reçu en héritage. Difficile d’annoncer à Daphné, qui ne cesse de blâmer son père pour le départ de sa mère, qu’ils iront désormais vivre à Saint Meu-Meu-des-profondeurs, qu’elle devra quitter Montréal, son amie Sophie, changer d’école et comment lui expliquer que c’était la maison de son père alors qu’il a toujours prétendu être orphelin ? Bonant malant, ils s’y installent et Daphnée découvre au grenier une adorable chambre de petite fille qu’elle décide de s’approprier tout en réclamant des explications à son père : ne lui avait-il pas raconté qu’il était enfant unique ? Ne pouvant plus s’esquiver, Guillaume décide de révéler à sa fille tous les secrets de son enfance. Mais les connaît-il vraiment tous ?

Ce que j’en pense:

J’ai découvert cet auteur au salon du livre de Genève cette année. Son livre m’a tout de suite intriguée et interpellée. Une couverture magnifique et terrifiante en même temps (qui est d’ailleurs la reproduction d’une toile de l’auteur lui-même). Un personnage fort sympathique. Bref je me suis lancée dans son ouvrage !

Un poil fantastique. Habituellement suis pas, ou disons plutôt, plus très fan mais là c’est passé comme une lettre à la poste. Un livre étonnant ou l’on se retrouve pris dans une sorte de jeu avec Guillaume et Daphnée. Un livre rondement mené ou la noirceur est au final très psychologique. Ce qui la rend, du reste, encore plus noire et au final le fantastique ne semble plus vraiment fictionnel mais plutôt bien réel. Une tension qui monte crescendo, qui inquiète. Un mystère qui s’insinue….

Une très belle plume. Un style bien maîtrisé. Un superbe descriptif de l’adolescence et de la relation parent-enfant à cet âge-là. Des personnages super attachants. Des dialogues excellents ou l’on respire le Québec à plein nez et c’est bon !!! Une histoire de secret de famille que l’on traîne derrière soi comme un boulet et qui nous pète à la gueule au moment où l’on s’y attend le moins. Une belle balade musicale et un côté artistique omniprésent que j’ai beaucoup apprécié. Forcément…Il fait, entre autre, allusion à ma toile préférée: L’empire des lumières de Magritte 🙂

Roh pis bon allez, c’est trop top, Daphnée est grande fan de Senécal, ça ne peut qu’être un personnage excellent !!! Bon ok, j’arrête mes délires…

C’est un livre qui m’a beaucoup touchée sans que je puisse vraiment l’expliquer. Ce petit quelque chose qui te titille. Une sensibilité à fleur de peau, un truc qui fait que… Pour ma part je ne vais pas m’arrêter là et vais m’en procurer d’autres !

Alors hop foncez et bonne lecture !

On le trouve sur Amazon mais peut aussi être acheté en e-book directement chez l’éditeur en suivant ce lien:

La noirceur – Alire

magritte

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s