Faims – P. Senécal -2015

Extrait:

« Pendant une seconde, l’enfant ne reconnut pas son père et sa peur en décupla. – Tu sais que je t’aime, hein, trésor ? Ces mots ne rassurèrent pas l’enfant, qui risque trois pas vers l’arrière. La lèvre inférieure tremblante, il bredouilla: – Qu’est ce qui est arrivé à maman pis à Patricia ? Le sourire de son père s’effaça, son visage se vida de toute expression. L’enfant commença à pleurer en reculant à nouveau. Au premier sanglot de son fils. L’homme leva le pistolet et tira. Le gamin crut qu’on lui arrachait le bras gauche à partir de l’épaule. Un engourdissement glacial lui fit perdre toute notion de sa propre tangibilité, comme s’il ne possédait plus de corps et flottait dans l’absence. Graduellement, il sentit le sol sous ses omoplates et comprit qu’il était étendu par terre. »

Synopsis:

Joël Leblanc est flic dans sa petite ville de Kadpidi. Sa femme, Martine, est à la tête d’une clinique vétérinaire et ses deux enfants Nicholas et Emilie sont deux ados…types. Sa vie de couple s’enlise. Il se pose beaucoup de questions sur cette petite vie tranquille, trop tranquille… Jusqu’au jour où le cirque ambulant « Humanus Circus » s’installe et bouleverse tout au passage. Un cirque pas comme les autres puisque le spectacle qu’ils proposent est réservé uniquement aux adultes. Un spectacle où la faim est omniprésente. La faim de vivre, la faim d’explorer ses pulsions et ses désirs, ne pas soucier du regard des autres, la faim de profiter avant qu’il ne soit trop tard. Un spectacle dérangeant qui suscite de vives réactions. Une troupe haute en couleurs de personnage tous plus atypiques les uns que les autres. Sarratou la belle noire, Markitos le géant, Wefa la rousse anorexique, Laurus et Wulf le couple homo, Lux l’ex gosse de riche camé, Francus le dompteur de tigre et directeur du cirque et Régina qui n’est autre que…Michelle Beaulieu… Mais voilà que pour en ajouter à cette petite ville déjà bien tourmentée, l’on découvre Rodrigue Coulombe mort dans un parc alors qu’il promenait son chien, égorgé par un râteau. Joël, en connaisseur de la ville et ses habitudes est appelé à rejoindre ses anciens collègues du crime à la personne de Montréal pour mener l’enquête, en duo avec Dominic Castonguay. Qui a bien pu tuer Monsieur Coulombe ? Pourquoi ? Y va-t-il un rapport avec la présence de ce drôle de cirque ? Une enquête pas comme les autres qui pousse Joël à regarder au plus profond de lui-même pour y découvrir ses propres faims…

Ce que j’en pense…

Faims s’inscrit clairement dans la lignée du vide. Un de ces livres qui traite des pulsions humaines. Un de ces livres qui bouscule, qui percute, qui interroge, qui peut faire très mal… On y retrouve avec plaisir Michelle Beaulieu et son histoire qui continue à la suite de 5150 rue des Ormes et Aliss. Une reine déchue qui n’en est clairement pas à sa fin.

Un hymne à la non-conformité. Ce que nous avons au fond de nous, ce que nous voudrions être, ce que nous voudrions faire de notre vie, ce que nous en avons fait. Une interrogation sur la société et ses barrières. Un livre qui nous met de drôles de trucs dans la tête et une boule dans le ventre. Un livre qu’on tourne et retourne dans ses mains en se demandant s’il n’a pas un pouvoir quelconque, comme tous les livres de Senécal d’ailleurs. Un livre limite ensorcelé, là pour nous pousser à nous remettre en question, à s’interroger !!! Le truc qui pique juste là où ça peut faire mal et qui, par moment, peut donner envie de crier « putain ça suffit là…c’est bon…je peux plus » Etre capable de combattre nos pulsions malsaines est, à priori, ce qui nous différencie des animaux. Mais est-ce que cela nous place vraiment au-dessus ? Est-ce mal de céder à sa faim ? Ou est-ce que cela ne cadre simplement pas avec notre éducation et notre société ?

Je ne cesse d’être extasiée par l’énorme talent de Patrick Senécal. Cette capacité à toucher nos talons d’Achille, à nous remuer, nous bousculer…Dire que cela ne nous touche pas ou ne nous concerne pas du tout serait une grande hypocrisie. Et cette plume, cet humour, ce franc parlé, ce j’ai peur de rien-je dis tout…c’est juste inexplicable !!! Allez…Je le décrète haut et fort, un Dieu littéraire est apparu sur ma bibliothèque et j’ai pas de soucis à l’assumer… Et vous ? Etes-vous prêts ?

« – Assassins, oui. Comme vous tous, comme tout le monde. Et hypocrites. Et lâches. Et envieux, débauchés, frustrés, égocentriques, vils, infâmes, assoiffés de pouvoir, d’argent et de luxure, couverts du vernis de la respectabilité pour mieux camoufler nos désirs qui nous rongent et nous tuent, dégoulinants de bonne conscience avec nos conjoints, nos enfants et notre boulot, et aveugles, volontairement et désespérément aveugles, jusqu’à ce que la réalité nous crève les yeux et le cœur ! Humains, depuis la caverne, depuis le serpent et sa pomme, humains jusqu’au bout de nos ongles de bêtes ! »

Publicités

Un commentaire sur « Faims – P. Senécal -2015 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s