Méthode 15:33 – S. Kirk -2016

Extrait:

« Allongée là le quatrième jour, je planifie sa mort. En énumérant dans ma tête la liste des choses à ma disposition, je trouve du réconfort dans ces préparatifs…Une latte mal fixée, une couverture en laine rouge, une haute fenêtre, des poutres apparentes, une serrure, mon état de santé…

Je me souviens de ces pensées comme si je les revivais maintenant, comme s’il s’agissait de mes pensées actuelles. Je me dis : il est encore là, derrière la porte, même dix sept ans après. »

4ème de couverture :

Imaginez une jeune fille de 16 ans, enceinte et vulnérable, que l’on vient d’arracher de force à la douceur de son foyer pour la jeter dans une camionnette crasseuse. Elle est seule, terrifiée…

Maintenant, imaginez une jeune fille de 16 ans, enceinte et manipulatrice de génie, que l’on vient de jeter à l’arrière d’une camionnette crasseuse. Dès les premières minutes de son enlèvement, elle se focalise avec calme et détermination sur deux choses : sauver l’enfant qu’elle porte et se venger. Méthodique et calculatrice, elle met au point un plan à l’organisation quasi scientifique où rien n’est laissé au hasard. Sa volonté de fer et son ingéniosité seront ses meilleures armes contre la brutalité de ses oppresseurs et il ne lui restera alors plus qu’à attendre le moment idéal pour lancer son attaque…

Pendant ce temps-là, l’agent du FBI Roger Liu enquête sur une série de disparitions d’adolescentes enceintes. Une des pistes qu’il suit le mène jusque dans l’Indiana.

Ce que j’en pense…

Je vais faire bref puisque je n’ai pas du tout accroché sur ce livre que j’ai d’ailleurs fini par lire en diagonale, histoire d’arriver tout de même jusqu’à la fin. Je peux imaginer qu’il puisse plaire à cette personne qui aime le côté psychologique très développé d’autant plus que la plume, ça je dois le reconnaître est très bonne. Mais pour ma part, je l’ai trouvé…long..très long….très très long…Rempli de détails inutiles. L’histoire en elle même est intéressante mais ça s’arrête là. Aucun suspens puisque dès la première page, on sait qu’elle va s’en sortir. Juste que, un peu façon Colombo, on se demande comment elle va y arriver. L’héroine en elle même est d’après moi surfaite avec son côté Mac Gyver de génie. Bref pas accroché du tout et il ne vas vraiment pas rester dans ma mémoire…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s