Block 46 – J. Gustawsson -2015

English version at the Bottom of the article 🙂

Extrait:

« Il repose le scalpel sur le plateau d’acier. Le papier éponge bleu se ratatine au contact de la lame et du manche trempés de sang. Les murs s’étaient mis à suinter. Ceux qu’il avait transformés vomissaient leurs peurs et leurs angoisses. Leurs larmes, grosses comme des gouttes de pluie, dégoulinaient jusqu’au sol. Lorsqu’enfin ils s’étaient arrêtes de pleurer, ils l’avaient dévisagé de leurs yeux accusateurs et horrifiés. Mais plus maintenant. Maintenant, tout est silence. Un silence douillet et rassérénant. L’enfant s’est tu et ses yeux se sont vidés de leur terreur. Il pose des gazes autour des orbites et de l’ouverture qu’il a tracée dans le cou de l’enfant. Avec une lingette antiseptique, il lui nettoie le front, le nez et les joues marbrées de traces sombres. Puis les épaules, le buste et le nombril, où il dépose délicatement une boule de coton pour absorber le sang. Il jette le coton imbibé et termine le nettoyage avec une lingette propre enroulée au bout de son doigt, qu’il passe dans les méandres des oreilles, sur les ailes du nez et dans les plis du nombril strié. »

Synopsis:

Londres, 2014 : Alexis Castells, écrivain relatant des histoires vraies de tueurs en série se rend au cocktail en l’honneur de son amie Linnéa Blix grande créatrice de bijoux pour Cartier. Tout le monde l’attend mais Linnéa est introuvable et pour cause…elle est retrouvée sauvagement assassinée sur une plage de Falkenberg en Suède ou elle se retire régulièrement dans sa petite maison de campagne. Les cavités oculaires vides, la gorge ouverte sur toute sa hauteur, la trachée sectionnée et enlevée ainsi qu’un X gravé sur son bras gauche… Alexis se rend en Suède pour participer à l’enquête au côté du commissaire Bergström et du détective Olofsson et seront très vite rejoints par la fameuse profileuse de Scotland Yard, Emily Roy, puisque la police anglaise enquête déjà sur les meurtres de deux garçons sauvagement assassinés selon l’exact même modus operandi mais avec un Y gravé sur le bras gauche. Commence alors une enquête menée en parallèle entre la Suède et l’Angleterre à la poursuite de ce mystérieux tueur qui ne laisse aucune trace derrière lui, qui change de lieu de chasse et de type de proies…

Camp de Buchenwald, 1944 : Erich Ebner, allemand dissident, arrive par convoi dans l’horrible camp de concentration de Buchenwald. Il sera astreint à la terrible tâche des fours crématoires avant d’être engagé, suite à une succession d’événements, par le Docteur Horst Fleischer pour travailler au fameux Block 46 ou personne ne sait très bien ce qu’il s’y passe…

Que peut donc être le lien entre ces deux terribles histoires ???

Ce que j’en pense…

Pffffiou…Il est difficile d’imaginer que ce livre puisse être un premier livre tant il est abouti. J’aurai envie de dire un vrai travail d’auteur méga célèbre et aguerri puisqu’on y retrouve la substance même d’un méga best-seller.
D’ailleurs je lui trouve un petit côté Camilla Lackberg. Peut-être à cause de la Suède ou encore de par les récits passés-présents omniprésents chez cet auteur…bref ! En fait on s’en fout puisque là n’est pas le sujet !

Un livre très fort, très bien monté.
Une histoire qui tient la route et super bien ficelée.
Une plume fluide et légère qui pourtant nous relate des événements d’une atrocité indescriptible. A préciser que certaines scènes sont franchement à limite du supportable…Tellement bien décrite qu’on a vraiment l’impression d’y être…et c’est bien là le problème… Que ce soit dans le présent ou dans le passé, on touche l’horreur du bout des doigts. Mais il est clair que c’est dans les descriptions du camp de Buchenwald qu’elle en est à son apogée…Perturbant, difficile à lire…
J’ai compris d’ailleurs que le grand-père de Johana a été lui-même un déporté du camp de Buchenwald et que certains faits décrits sont réels. Bravo à elle d’avoir eu le courage de retranscrire cette horreur d’autant plus qu’elle l’a touchée personnellement…Un bel hommage !!!

Un livre que l’on dévore de bout en bout malgré quelques passages un poil long sur l’enquête en Suède.

Un livre qui fait trembler et qui laisse cette petite trace indélébile !

Bref j’ai adoré et j’espère bien que tu ne t’arrêteras pas là Johana !!! Et hop Il part direct dans la liste des coups de coeur. Précipitez-vous si ce n’est pas déjà fait, avant que ce ne soit plus le premier et qu’elle soit méga archi connue…Ainsi vous pourrez dire dans quelques années…Ouais ouais moi je la lis depuis ces débuts et du coup jouer les blasés !

******************************************************************************

English version: What I think of it…

Pffffiou…It is difficult to imagine that this book could be a first book as it is so successful. I would like to say a real work of a famous and experienced mega author because it contains the very substance of a best-selling mega.
Besides, I find a little Camilla Lackberg side to it. Perhaps because of Sweden or because of the omnipresent past and present accounts of this author… in short! Actually, it doesn’t matter because that’s not the point!
A very strong book, very well assembled.
A story that holds up and is super well tied up.
A fluid and light feather that nevertheless tells us about events of an indescribable atrocity. To specify that some scenes are frankly at the limit of the bearable… So well described that we really have the impression to be there… and that is the problem… Whether in the present or in the past, we touch the horror with our fingertips. But it is clear that it is in the descriptions of the Buchenwald camp that it is at its peak…Disturbing, difficult to read…
I understood that Johana’s grandfather was himself a deportee from the Buchenwald camp and that some of the facts described are true. Congratulations to her for having had the courage to transcribe this horror, especially since she touched it personally… A beautiful tribute!!!
A book that is devoured from beginning to end despite a few passages a little long hair on the investigation in Sweden.
A book that makes you tremble and leaves an indelible mark!
In short I loved it and I hope you won’t stop there Johana!!!! And hop He goes straight to the list of favorites. Hurry if you haven’t already done so, before it’s no longer the first and it’s mega known… So you can say in a few years… Yeah yeah I’ve been reading it since those beginnings and so play jaded!

 

 

3 commentaires sur « Block 46 – J. Gustawsson -2015 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s