Criminal Loft – A. Carbonel – 2015

Synopsis:

Six hommes, deux femmes, tous condamnés à mort par la justice américaine pour des actes plus ou moins barbares. Tous en attente sur la ligne verte. Une seule issue : Criminal Loft, le nouveau reality show télévisé. 8 volontaires prêts à tout pour la liberté. James « le zozoteur », Aileen « la mante religieuse », Terrance « le chétif », Wallace « le croque mort », Lynda « la jumelle », Leonard « le négro », Michel « le français » et John, narrateur, psychiatre et tueur en série notoire (au bon petit goût d’Hannibal Lecter) seront enfermés à Waverly Hills, sanatorium désaffecté du début 1900, largement connu pour être hanté (Qui d’ailleurs existe véritablement et décrit comme le lieu le plus hanté des USA mais suis pas allée contrôler…juste parce que j’ai pas eu le temps, pas parce que j’ai peur, hein ?) Ils devront obéir aux ordres de « la voix », se plier aux épreuves et respecter les règles sous les optiques des caméras disséminées absolument partout. Chaque semaine, le prime. Chaque semaine, un candidat sélectionné par le public quittera le loft et rejoindra le couloir de la mort. Des bêtes de foires livrées en pâture à un public, grandissant de jour en jour, avide de sensationnel. Un seul restera, un seul sera libre.

Ce que j’en pense…

J’ai d’abord dévoré ce livre, me suis un peu essoufflée en cours de route et en suis finalement restée perplexe. Plus je réfléchissais, plus j’étais partagée…du coup j’ai arrêté de réfléchir… L’idée même du jeu, du reality show est fabuleuse et originale. J’ai adhéré à la fois à ce principe et aux personnages. J’ai aimé son écriture et le fait de vivre cette aventure au travers des yeux de John et de ses pulsions. J’ai adoré l’idée de ce public avide de sensations, qui grandit et qui en veut plus. Ce qui m’a d’ailleurs largement rappelé un film qui m’avait profondément marquée : Intraçable de Gregory Hoblit. J’ai, cependant, été déçue que cela ne soit, justement, pas plus exploité. Le principe de jeu se suffisait à lui seul. Il n’était pas nécessaire de rajouter tout le tralala qui se colle au fil de l’histoire. Et enfin le vrai gros moins…un dénouement qui devient très clair vers les 3/4 du livre avec l’évidence du « qui tire les ficelles de tous ces pantins » et ça j’aime pas ! Ce qui nous mène à une fin qui m’a laissée…sur ma faim…

La sensation de déguster un plat somptueux avec des ingrédients de premier choix, auquel on a voulu ajouter trop d’épices, trop d’ingrédients superflus pour le rendre soit disant meilleur mais au final…

Le plus tue le goût…Et c’est bien dommage

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s